Activités passées

La Fondation Universitaire organise régulièrement des activités pour les membres du Club. Dans la présente rubrique un bref rapport est donné de quelques activités passées.

 - (15 sep 2015 - 10:00 - 20 sep 2015 - 19:30)

Après la Renaissance en Toscane, Damien Wigny a organisé pour nos membres une promenade baroque dans l'Est de la Sicile. Partant de Rome, le Baroque emprunta des chemins les plus divers en Italie et dans toute l'Europe. Dans certaines villes, il acquit une place à ce point important qu'elles s'en trouveront comme entièrement façonnées: Turin, Naples, Lecce dans les Pouilles, Prague, Munich mais aussi Syracuse, Noto, Raguse qui, à la suite de tremblements de terre, ont été reconstruites dans le style « moderne ».

Dans ces petites villes siciliennes, le Baroque est moins ostentatoire qu'à Rome. La place de Syracuse n'en est pas moins une des plus belles du monde. 

 - (9 sep 2015 - 20:00)

Chagrin d’amour brûlant – romance belcanto sur la plage. 

« Qu’il est bon de se reposer sous un arbre quand le soleil est lourd et brûlant ! » Ces premiers mots du livret donnent d’emblée le ton : laissons l’été se prolonger encore un peu grâce à la chaude brise que Damiano Michieletto et son équipe feront souffler sur cette partition. La production rendra justice à la fraîcheur que Donizetti – dont tant de nouvelles oeuvres ont dominé l’opéra italien dans les années 1830-1840 – a insufflée au genre du melodramma. Son Elisir d’amore est indéniablement l’un des chefs-d’oeuvre de l’opera buffa du XIXe siècle. Une inventivité mélodique à la mesure de la caractérisation des personnages, des effets contrastants, un pathos intense côtoyant une ironie comique… – tout cela y est présent. Qui plus est, l’élixir d’amour agit bel et bien : non seulement sur Nemorino qui, à la manière de Tristan, veut gagner les faveurs d’Adina, mais aussi sur le public qui chérit cet opéra depuis sa création en 1832.

Production Palau de les Arts 'Reina Sofia', Teatro Real Madrid.

 - (25 juil 2015 - 06:00 - 1 aoû 2015 - 11:00)

Suite à la demande de nos membres, nous avons organisé à nouveau ce voyage, tenant compte de l’expérience de l’année passée.

 - (23 juin 2015 - 18:00)

"La réforme de la Justice. Est-ce que la Justice dispose de suffisamment de moyens?" Conférence-débat par le Ministre Koen Geens, suivie d'un "walking cocktail".

 - (12 juin 2015 - 12:00)

Dans la verdure de Laeken … : Visites guidées de jardins (Le théâtre de verdure, le Parc Sobieski et les Jardins du Fleuriste) avec le Prof. Jan Rammeloo, Directeur honoraire du « Plantentuin » de Meise - Professeur émérite de l' Universiteit Antwerpen (F-N). 

Dans le parc et tout près du Parc de Laeken, il existe plusieurs plantations valant la peine d’être visitées. Le Parc de Laeken lui-même couvre 30 ha (il ne s’agit pas ici du domaine royal, soulignons-le!). Tout à côté de l’une des constructions les plus emblématiques de la Belgique – l’Atomium – s’étend un théâtre de verdure, utilement mis à profit dans le cadre d’événements divers, parfois annuels, comme le Festival Brosella, par exemple. En contrebas des fameuses « neuf sphères » gît également la zone achetée par le Roi Léopold II afin d’y ériger les Serres coloniales (ou Jardin colonial). Couplé à la création du Jardin botanique d’Eala, il avait été institué par décret du souverain de l’Etat Indépendant du Congo le 3/2/1900. Cette structure connut plusieurs implantations (deux serres du domaine du Stuyvenberg, puis à la Villa Vanderborght) avant de rejoindre ce site. Le Jardin colonial avait une fonction essentiellement appliquée: centraliser des plantes tropicales utiles collectées à travers le monde, les ragaillardir et les reproduire avant de les envoyer au Congo, où elles deviendraient, peut-être, des sources de profits pour l’Etat indépendant. Les serres, depuis démantelées, ont trouvé une ultime fonction lors de l’exposition universelle de 1958: on y a produit, en effet, les plantes ornementales dont le grand événement avait un ardent besoin. Les collections présentant un intérêt scientifique, elles, avaient été transférées à Meise, au Jardin botanique national de Belgique, dès 1951. Acquis en même temps par le Roi, il y avait encore le Parc Sobieski et les Jardins du Fleuriste, au Stuyvenberg. A cette époque, le Parc Sobieski était un grand verger qui était sensé produire les fruits – y compris des fruits exotiques cultivés en cuvelles et en serre – pour les festivités organisées par le Roi. Les Jardins du Fleuriste, qui formait un ensemble avec le Parc Sobieski, servaient, pour leur part, de pépinière de plantes ornementales pour les résidences royales. En 1993 la gestion du parc a été reprise par Bruxelles Environnement. Cet organisme entama alors un projet de rénovation dont l’objet était de fournir un ensemble varié d’aménagements horticoles (terrasses, étangs, plates bandes fleuries, plantes couvre-sol, plantes de prairies, prairies fleuries…) et différents exemples de gestion et d’entretien des jardins. Outre son rôle éducatif et informatif, les Jardins du Fleuriste offrent une vue remarquable sur Bruxelles. Lors de cette visite, nos pas nous mènerons à travers les espaces du Parc Sobieski et à travers ceux des Jardins du Fleuriste. L’amateur pointu de jardin n’y trouverait sans doute rien de bien extraordinaire, mais ces deux zones gagnent réellement en intérêt lorsque l’histoire vient éclairer leur fondation et leur développement.

A midi: rendez-vous sous l’Atomium – lunch au restaurant de l’Atomium.

 - (4 juin 2015 - 12:15)

Lunch-débat «Les Minorités chrétiennes au Moyen–Orient» avec le Prof. Bernard Coulie, Recteur honoraire de l’UC Louvain.

La présentation peut être obtenue en cliquant ce lien.

 

 

 - (27 mai 2015 - 20:00)

Un ballo in maschera - Giuseppe Verdi

"È scherzo od è follia ?" Est-ce de la plaisanterie, de la folie pure, ou voit-on vraiment l’avenir dans Un Ballo in maschera ? Cet ouvrage est un chef d’oeuvre de diversité, de fusion entre éléments stylistiques, une oeuvre qui tantôt s’adosse à l’opéra-comique français, tantôt au style dramatique italien, avec des personnages qui comptent parmi les plus forts que Verdi ait jamais créés. Pressé par la censure, le compositeur a transposé le contexte historique original – l’assassinat du roi de Suède en 1792 au cours d’un bal masqué – dans la ville de Boston au XVIIe siècle, mais son message humain et politique n’en est pas moins fort. Le metteur en scène Alex Ollé et sa compagnie La Fura dels Baus situent l’intrigue dans un avenir proche, dans l’atmosphère totalitariste qui imprègne le roman 1984 d’Orwell, tandis que les personnages portent leur masque tout au long du spectacle, dans une société en faillite basée sur l’hypocrisie.

 - (26 mai 2015 - 12:15)

Lunch à la Fondation Universitaire, suivi d’une conférence consacrée à la bibliophilie et à l’art du livre, avec une introduction à l’exposition "Voyages dans ma bibliothèque" et la visite guidée de l’exposition (à la Bibliothèque royale - Chapelle de Nassau), avec M. Charles Prion Pansius, Vice-président de La Société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique.

 - (17 mai 2015 - 10:00 - 22 mai 2015 - 23:30)

Á l’occasion du 10e anniversaire des voyages culturels, nous avons refait pour les membres de la Fondation Universitaire le voyage culturel en Roumanie (Transylvanie - Bucarest) à la demande de plusieurs membres.

 - (11 mai 2015 - 12:30)

Troisième débat du cycle de  déjeuners-débats que la Fondation Universitaire organise, avec la collaboration de la "Fondation pour l’environnement urbain Pierre Laconte", sur le thème «A World of Cities» destinés aux membres de la FU et à un public plus large (Cercle/associations amis, facultés, personnalités du monde économique, social et culturel).

Débat introduit par Paola Vigano.

Paola Vigano enseigne aux universités de Harvard et de Venise. Avec Bernardo Secchi, récemment décédé, elle a réalisé de nombreux plans d’aménagement dans le monde, y compris en Belgique le célèbre Plan directeur d’Anvers et le Parc SpoorNoord, le centre de Courtrai et une vision prospective pour Bruxelles en 2040. Elle nous livrera les idées maîtresses qui sous-tendent ses réalisations, les réflexions que lui inspirent ses expériences personnelles d’urbanisme, ainsi que bien d’autres, telles les «Internationale Bau Austellungen», qui méritent notre attention.

Le prix pour le lunch est 33 € p.p. pour les membres de la Fondation Universitaire (et leur partenaire ) et 38 € pour les non-membres.

Pages