Gouverner en temps de pandémie - Une vision historique

Date: 
jeudi, 11 mars, 2021 - 13:00

Depuis un an, nous sommes complètement immergés dans la pandémie de COVID-19. Une expérience complètement nouvelle pour chacun d'entre nous - y compris le gouvernement. Mais tout au long de l'histoire, l'humanité a été confrontée à des pandémies à de nombreuses reprises. Comment les gens ont-ils réagi à cela dans le passé ? Sur base de manuscrits récemment découverts, les professeurs Marc BOONE (UGent) et Claire BILLEN (ULB) ont étudié le comportement du magistrat de la ville de Tournai lors de l'épidémie de peste au 14ème siècle.

(Suite à la publication « BANS ET ÉDITS POUR LA VILLE DE TOURNAI EN TEMPS DE PESTE (1349-1351). Les transcriptions retrouvées de Frédéric Hennebert » (Commission Royale pour l'histoire, Bruxelles 2021) (en voie de publication)

La Fondation Universitaire organisera un séminaire en ligne (webinaire) avec les chercheurs ci-dessus le 11 mars de 13h à 14h30.

Si vous souhaitez participer à cette activité, veuillez soumettre le formulaire d'inscription.

Quelques jours avant l'activité, vous recevrez le lien pour vous connecter.

Sujet

La découverte, parmi les manuscrits de la Bibliothèque de l’Université de Gand, de transcriptions effectuées par Frédéric Hennebert (1800-1857), archiviste de la ville de Tournai, a permis de reconstituer les 30 premières pages du premier Registre aux publications du magistrat urbain, concernant les années 1349-1351. Ce document, disparu dans le bombardement de Tournai en 1940, informe sur les règlementations presque quotidiennes ayant régi la ville, face à une crise multiforme, dominée par l’irruption de la Peste Noire à l’été 1349. Les modalités de la réponse donnée par nos ancêtres médiévaux à la pandémie illustrent le fonctionnement d’une société urbaine, confrontée brutalement à une mortalité hors normes. Avant la redécouverte des transcriptions de Hennebert, l’impact de la Peste Noire sur la ville de Tournai n’était connu que par les écrits d’un témoin direct, l’abbé Gilles Li Muisis, à la tête de l’abbaye bénédictine de Saint-Martin. Les ordonnances urbaines bénéficient de cet éclairage mais complètent également cette description unilatérale.

S’il est téméraire d’établir un parallèle entre l’irruption d’une épidémie inédite au XIVe siècle et l’arrivée inattendue du Covid-19 en Europe, début 2020, certaines réflexions comparatives sont néanmoins possibles. Elles touchent, entre autres, les aspects politiques. La situation sanitaire, loin d’affaiblir le gouvernement urbain de Tournai en 1349, lui a permis, au contraire, de se déployer, d’investir des domaines qui n’étaient pas directement de son ressort. Toutes choses égales par ailleurs, c’est bien un phénomène de cet ordre que nous observons aujourd’hui. Les contestations politiques et juridiques, agitant en ce moment les populations européennes, adversaires des contraintes multiples qui leur sont imposées, appellent une mise en perspective.

La miniature provient de Tractatus quartus (ou Annales) de Gilles Li Muisis, maintenant à la Bibliothèque Royale: KBR ms. 13076-13077.

Conférenciers

Claire BILLEN
Historienne, professeure honoraire de L’Université Libre de Bruxelles (centre de recherche SociAMM), où elle a enseigné l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, l’histoire comparée des villes et l’histoire de l’environnement. Elle a également animé plusieurs équipes de recherche transdisciplinaires au sein de l’Institut pour la Gestion de l’Environnement et l’Aménagement du territoire (IGEAT) de l’ULB.

Marc BOONE
Professeur ordinaire d’histoire médiévale à l’Université de Gand, université où il a obtenu son doctorat en 1987. Doyen de la faculté de Philosophie et lettres entre 2012 et 2018, professeur invité à l’Université de Bourgogne (Dijon), de Paris IV et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris), à l’ ‘Università degli studi di Milano’, titulaire de la chaire Francqui au titre Belge à l’ULB. Membre de la KVAB (Koninklijke Vlaamse Academie van België) et de l’Academia Europeae. Président du comité Pro Civitate (Académies royales) et de la Société d’histoire et d’archéologie de Gand. Champs de recherches : histoire urbaine, histoire politique et socio-économique du bas Moyen Âge, histoire Bourguignonne.